Kaz’hack

{ No ducks were harmed in the making of this weblog. }

recherche

To content | To menu | To search

"npm install -g" without sudo

I use more and more Node.js tools, mostly for my web development tasks: linters, code formatters, unit tests… Most of the time, you want these tools to be installed “globally” so that they’re in your $PATH, e.g.:

$ npm install jshint -g

… which usually results in this kind of error:

npm ERR! Error: EACCES, mkdir '/usr/lib/node_modules/jshint'
[…]
npm ERR! Please try running this command again as root/Administrator.

Being a naive Linux user, I’m not giving root/Administrator privileges to an install script that hasn’t been reviewed — call me a freak. And I’m quite surprised that most Node.js users just “sudo” it.

A common workaround is to “chgrp” /usr/lib and/or /usr/local so that modifying these directories doesn’t require sudo. I find that even worse.

Solution: npm prefix

(I’ll suppose you’re using OSX or Linux here. If anyone knows how this works on Windows, please leave a comment)

After a bit of ddg’ing, I’m happy to see there’s a clean solution:

$ echo prefix=${HOME}/.local >> ~/.npmrc

And voilà, npm will install everything in ~/.local/bin and ~/.local/lib:

$ npm install -g jshint
/home/kaze/.local/bin/jshint -> /home/kaze/.local/lib/node_modules/jshint/bin/jshint
jshint@2.5.10 /home/kaze/.local/lib/node_modules/jshint

Of course, this supposes that ~/.local/bin belongs to your $PATH. If not, just edit your ~/.profile to add the following line:

export PATH="$HOME/.local/bin:$PATH"

Source your ~/.profile, you’re done.

Mauvaise surprise

Ce n’est un secret pour personne, la nouvelle politique de 6-week releases de Mozilla ne fait pas que des heureux. Je ne m’étendrai pas sur le sujet, tout a déjà été écrit sur la question : les avantages d’un cycle de développement rapide sont indéniables, les inconvénients de l’absence d’une version maintenue sur 12 à 18 mois (comme c’était le cas jusqu’ici) le sont tout autant. Le projet Firefox est entré dans une phase d’évolution délicate.

Hier Cédric, contributeur de très longue date et clé de voute de la localisation francophone de Mozilla, nous a fait une mauvaise surprise en annonçant qu’il suspendait sa contribution à Firefox.

Le récent changement du cycle de développement qui a bouleversé les habitudes de la communauté, les déclarations inconsidérées de certains responsables du projet ainsi que la décision de ne pas maintenir une version de Firefox dite LTS, autant pour les entreprises que pour les utilisateurs, telles sont les trois raisons majeures qui me font envisager un nouveau mode de contribution au projet Mozilla.

Qu’on se rassure, Cédric n’abandonne pas la communauté Mozilla francophone :

Pour ma part, je ne déserterai pas totalement le projet, car je souscris au manifeste de Mozilla en beaucoup de points et j’estime que la Fondation Mozilla est indispensable à la bonne santé d’Internet, mais j’arrêterai toute contribution en ce qui concerne Firefox : le logiciel, les sites Web, les campagnes marketing.

Outre le fait Cédric sera très difficile à remplacer, tant pour sa capacité de travail que pour son expérience, je suis particulièrement amer en pensant au ressentiment de la communauté. Comme l’a écrit Clochix :

qui voudrait s'impliquer dans un projet sans y être un minimum respecté et écouté ?

Le feu sacré est-il en train de s’éteindre ? Je veux croire que non, et j’espère que Mozilla saura redonner confiance à la communauté d’ici le prochain MozCamp.

KompoZer n’est pas Nvu

Daniel Glazman a annoncé qu’il avait trouvé un financement pour BlueGriffon. J’aimerais pouvoir en dire autant pour KompoZer, mais je ne peux que m’associer à la joie de Daniel qui va à nouveau connaître le rêve de tout libriste : être payé pour bosser sur son domaine de prédilection.

En revanche, j’ai sérieusement tiqué en lisant l’entretien publié par Tristan sur son blog. J’ai longtemps hésité à réagir (pas envie de déclencher une flame war), mais la réaction des autres contributeurs KompoZer m’impose de répondre à quelques points en particulier.

Continue reading

Deux livres sur KompoZer

C’était dans le tube depuis quelque temps, les deux livres consacrés à KompoZer arrivent quasiment en même temps dans les bacs.

Créez gratuitement votre site web avec KompoZer Le premier n’est pas à proprement parler une nouveauté : « Créez gratuitement votre site web avec KompoZer » est la traduction française du livret « Hjemmesider med KompoZer » de Kim Ludvigsen.

Kim est responsable du forum KompoZer sur MozillaDanmark, ansi que de la localisation de KompoZer dans cette langue. Son livret fait le tour des fonctionnalités de KompoZer tout en restant concis.

KompoZer — Apprenez, pratiquez, créez

Le second est un livre plus complet : « KompoZer : apprenez, pratiquez, créez » a été rédigé avec soin par Jean-Marc Juin, alias « Fun Sun » sur Framasoft.

Bonus : mes amis Yves Mairesse et Alain Lorieux, modérateurs du forum KompoZer sur Geckozone, ont participé à la relecture de ce livre. Le développement de KompoZer 0.8 ne m’a malheureusement pas permis d’y prendre part — mais ce n’est probablement pas plus mal pour le lecteur, Yves et Alain étant plus pédagogues que moi.

Je n’ai lu aucun de ces deux livres (je n’ai que l’exemplaire Danois du livret de Kim) mais j’avoue que ça fait classe de voir des livres traitant de KompoZer à la Fnac ! :-D

Si vous avez entendu parler d’autres livres sur KompoZer (dans d’autres langues), n’hésitez pas à me le faire savoir.

Mise à jour : MozillaZine-fr en parle mieux que moi.

Comete : initiation Mozilla à l’université d’Évry

La semaine dernière, Laurent Jouanneau et moi-même avons donné des cours de développement Mozilla au MIAGE d’Évry. Le projet Comete a été initié par Pascal Chevrel (Mozilla-Europe) et des enseignants de l’université d’Évry : Didier Courtaud (Desiderius sur #xulfr et #education), Judith Benzakki et Denis Dupont.

Continue reading

JDLL 2009, Lyon

Un de plus ! Les JDLL occupent chaque année une place particulière dans mon planning : non seulement parce que c’est le premier geek event auquel j’ai participé, mais aussi parce que ça se passe à proximité de mes pénates dauphinoises. Dans ces conditions, difficile d’y couper.

Cette année et comme les années précédentes, les JDLL tombaient à une période où de nombreux Mozilliens francophones fêtaient leur anniversaire (Tristan, Paul, Bobo, ma pomme et j’en oublie…), ce qui n’est pas sans avoir donné un prétexte d’alcoolisation facile à certaines personnes dont je tairai le nom ici.

Continue reading

afk 15 jours

Après le MozCamp de Prague il y a une semaine, la fin du mois d’octobre s’annonce particulièrement chargée. Une fois n’est pas coutume, vous aurez plus de chances de me voir « en vrai » que sur le forum Geckozone ou l’IRC Mozilla !

Ce vendredi et samedi, il y a les JDLL 2009, événement de portée internationale auquel tout Rhônalpin digne de ce nom se doit d’assister. J’y présenterai KompoZer 0.8b1, notamment avec une mini-conférence le vendredi à l’heure de l’apéritif. Je ne sais pas s’il y aura un stand KompoZer, dans le pire des cas je serai sur le stand Mozilla. Accessoirement, c’est aussi le rendez-vous annuel de la communauté Mozilla francophone : quand on quitte le stand, une autre journée démarre. :-)

La semaine suivante est consacrée au projet Comete avec Laurent Jouanneau, chef vénéré de XulFR et évangéliste Flash. Laurent et moi-même allons dispenser une formation de développement Mozilla à l’université d’Évry, c’est une grande première en France ! \o/

L’une des conséquences de ce planning chargé, c’est que KompoZer 0.8b1 ne sera pas aussi soigneusement testé que d’habitude (doux euphémisme), et qu’il faudra attendre au moins trois semaines avant d’avoir une bêta2 qui corrige les plus gros bugs. Désolé pour le désagrément, je ferai de mon mieux pour me rattraper en novembre et décembre.

Cocoricooooo !

Red Hat et Georgia Tech ont évalué le niveau d’activité du logiciel libre dans différents pays. Ils en tirent une jolie cartographie :

Open-Source Activity Map

and the winner is…

  1. France (1.35)
  2. Espagne (1.07)
  3. Allemagne (1.05)
  4. Australie (1.04)
  5. Finlande (1.03)
  6. Royaume-Uni (1.00)
  7. Norvège (0.95)
  8. Estonie (0.89)
  9. USA (0.89)
  10. Danemark (0.79)

Comme quoi : on a un président ridicule, une équipe de foot bidon et on s’est fait rincer au tournoi des 6 nations, mais on est les plus gros contributeurs — ça compense. :-)

On notera aussi que sur les 10 premiers pays, 8 sont en Europe. Le logiciel libre c’est en Europe que ça se passe, qu’on se le dise !

Source : ArsTechnica, via Pascal.

Edit : voir aussi l’article sur l’excellent Framablog.

Concours Mozilla - Dotclear

Delphine et Pascal viennent d’annoncer un concours de thèmes Mozilla pour Dotclear 2.1.

Il s’agit donc de concevoir un thème Dotclear sur une thématique Mozilla. Le concours est ouvert à tous, y compris à ceux qui ne sont pas à l’aise en CSS : vous pouvez proposer une simple maquette en PNG — seuls les plus crétins de nos contemporains feraient encore des copies d’écran en JPG, n’est-ce pas ? ;-)

Les dix meilleurs auront un T-shirt Mozilla, le vainqueur gagnera son poids en chouffe (ou une photo dédicacée de Tristan à poil, je ne sais plus).

Je compte sur vous, j’ai désespérément besoin d’un thème pour ce blog mais je suis trop feignant pour m’y coller !

L’interopérabilité sur la sellette

Je n’ai pas vraiment le temps de m’investir dans le combat Hadopi, mais je suis horrifié de voir la tournure que prend le débat à l’Assemblée Nationale. En gros, tout internaute est présumé coupable de téléchargement illicite et devra s’équiper de logiciels payants, labellisés Hadopi, pour prouver sa bonne foi.

Dans ce grand concours d’imbécillité il y en a un qui se détache :

J’en viens au second objet de l’amendement : l’interopérabilité. Je n’y suis pas favorable. Il faut laisser au consommateur sa totale liberté de choix en fonction de son système d’exploitation. L’interopérabilité n’est pas nécessaire pour les consommateurs et elle est trop contraignante pour les éditeurs de logiciels.

Franck Riester, rapporteur du projet de loi n°1240 pour la commission des lois.

Pour son premier rapport, M. Riester frappe fort. Comment, M. le rapporteur, le consommateur peut-il espérer une liberté de choix si les solutions proposées ne sont pas interopérables ? Pourquoi les éditeurs logiciels développeraient-ils des versions Linux (voire MacOS) alors que plus de 90% de leurs revenus seront assurés par la seule version Windows ? Comment garantir une concurrence libre et non faussée sans imposer l’interopérabilité ?

Je pensais que la question de l’interopérabilité avait pourtant été entendue par nos législateurs à l’occasion de DADVSI. Rien n’est acquis, restons vigilants.

Mise à jour :

- page 1 of 2